J’ai toujours aimé l’idée de rencontres en ligne. C’est peut-être à cause de You’ve Got Mail (qui n’est pas si génial que ça, mec, c’était comme le rêve des années 90) ou parce que j’étais obsédé par le codage à l’adolescence (tais-toi, j’étais si cool, les gars) ou parce que je travaille trop ou parce que je ne suis presque jamais aux bars à moins que je ne joue et quand même, quand quelqu’un me frappe, c’est comme si je jetais le flirt dans le vent en espérant qu’il atterrisse quelque part près de mon cerveau. Je ne comprends pas.Lire la suite de